Dans le dernier LATT’ITUDES, le maire et sa majorité ne permettent l’expression de notre opposition que dans un tout petit espace en caractères minuscules : 0.7 % de l’espace total de leur journal communal tiré à 10 000 exemplaires !!!

C’est peu pour une opposition qui a eu 38% des suffrages exprimés lors de la dernière élection municipale…!

Pour palier à cette carence démocratique vous trouverez ci dessous le texte difficilement lisible sur ce journal communal !

Bonne lecture.

 

 

Les Lattois constatent chaque jour la dégradation de l’entretien et de la propreté de leurs rues et espaces verts. Fossés à l’abandon, herbes folles et détritus peuplent désormais nos paysages. À cette situation se rajoute la volonté farouche de l’exécutif Lattois de remplacer nos massifs floraux par des déserts miniatures composés de cailloux blancs, de “moquette” verte et de quelques graminées.

 

La municipalité rejette la responsabilité de cette situation sur la Métropole ou sur l’interdiction récente d’utilisation des pesticides.

L’esprit bohème et le prétendu respect de normes sanitaires cachent en réalité un manque de gestion et un désintéressement manifeste, de la part de la majorité municipale, pour la conservation de notre patrimoine paysager.

 

Disons-le clairement, nous sommes favorables à une Métropole forte, mais une Métropole protectrice des intérêts des Lattois et de notre cadre de vie.

 

À l’heure où le maire vient de perdre sa Vice-présidence et semble entrer en guerre avec le Président de la Métropole, n’hésitant pas, au passage, à limoger un de ses conseillers municipaux, comment ne pas s’inquiéter de la place que prendra bientôt Lattes dans la Métropole Montpelliéraine.

 

En ce mois de septembre, propice aux bonnes résolutions, il semble urgent de déclarer prioritaire la protection de notre cadre de vie et pourquoi pas, remettre en place les commissions municipales, dissoutes par le maire lors des précédents mandats, l’opposition représentant désormais 40% des sièges Lattois dans l’hémicycle Métropolitain !

Aimons Lattes