Dans le dernier numéro du journal communal  LATT’ITUDES, gracieusement et très largement  mis à disposition de l’équipe municipale mais payé par les impôts des Lattois, le Maire s’est livré à un curieux exercice : un échange en petit comité avec son équipe afin de dessiner le bilan de ses 15 années de gestion.

Une «autoévaluation» qui conduit évidemment à un « auto satisfecit général».

Rétablissons au préalable  quelques vérités:

Le Maire s’attribue des actions sur lesquelles il n’a eu aucune influence ou très peu :

  • La modernisation de la station d’épuration, la fermeture de la décharge, le tramway, la réalisation d’une piscine sont des projets décidés et réalisés par l’agglomération de Montpellier et dont toutes les communes appartenant à la Métropole (anciennement l’Agglomération) ont bénéficié.
  • La lutte contre les inondations n’a pas attendu le Maire actuel : le Lez avait fort heureusement entièrement été recalibré dans les années 80. Les derniers travaux auxquels il fait référence, ont été pilotés par l’Agglomération avec pour objectif principal de permettre l’urbanisation actuelle à grande échelle du sud de Montpellier dans le quartier Richter !
  • La préservation du site naturel du Méjean, le Théâtre, le Musée, Port Ariane, tous les atouts qui caractérisent Lattes aujourd’hui, ont été réalisés avant lui.
  • Concernant plus particulièrement Port Ariane dont le Maire met en cause l’équilibre financier de l’opération: à son arrivée, en 2001, celle-ci dégageait un bénéfice permettant la réalisation du passage souterrain reliant le quartier avec l’avenue de Montpellier. C’est le Maire actuel qui a modifié cet équilibre en supprimant des aménagements qui étaient programmés, l’obligeant ainsi à construire deux immeubles en lieu et place des parkings à l’entrée du quartier.
  • Nous avons également lu que le Maire se félicite d’avoir assaini les finances de la Commune, mais nous ne comprenons pas bien : la situation financière était bonne en 2001, à son arrivée. Par contre, depuis son élection, l’augmentation du budget de fonctionnement et de la masse salariale (doublement des effectifs) n’ont jamais autant obéré les capacités d’investissement à long terme de la commune.

Il aurait été certainement plus honnête, ou tout du moins plus sérieux de demander l’avis des habitants de la commune. C’est ce que nous avons fait.

Nous préférons échanger avec vous, plutôt qu’entre nous.

Nous développerons dans notre prochain article le « vrai bilan » celui que les Lattois subissent et qui diffère quelque peu de celui du maire et de son équipe : Impôts (+11% en 2016), services supprimés, voiries, circulation, insécurité, etc… Et ne parlons pas de l’absence totale de concertation qui a présidé lors de la dernière modification du PLU (Plan Local d’Urbanisme) destinée à permettre la réalisation du projet des « Hauts de Lattes », projet rejeté par plus de 600 Lattois.

Nous reviendrons sur toutes ces questions que vous vous posez et qui vous inquiètent.