“L’Urgence”, les parents d’élèves l’ont déjà expérimentée…C’est dans “L’Urgence” qu’ils ont dû accepter, il y a 2 ans, la mise en place d’activités périscolaires payantes avec pour menace, à peine voilée, une augmentation d’impôts s’ils n’acceptaient pas, de bonne grâce, la concession de la non-gratuité.
Le résultat est là. Les activités périscolaires, promises gratuites pendant la campagne électorale, ont finalement précédé une augmentation d’impôts de 10%.
Une promesse bafouée chasse l’autre…
“L’Urgence” de l’époque provenait principalement d’un manque d’anticipation de la majorité municipale, d’un manque criant d’écoute et de quelques tentatives de passage en force.
Avec persévérance et détermination, les parents d’élèves ont fini par obtenir un projet plus proche de leurs demandes, plus proche mais en se faisant vider les poches…!
Avec son projet “les hauts de Lattes”, projet démesuré, tant par la hauteur des bâtiments que par le nombre de logements, la municipalité nous rejoue le coup de “L’Urgence” et du chantage déguisé.
Lattois, acceptez ce programme immobilier sans rechigner, sinon vos enfants ne pourrons pas se loger sur la commune et l’emploi de notre territoire sera durablement touché.
Mais Lattois, n’ayez crainte, nul besoin d’information, c’est un projet…en béton !
Mais pourquoi sommes nous AUJOURD’HUI dans “L’Urgence” de création de logements alors que la majorité municipale est en place depuis 14 ans ?
Sans doute parce que la priorité de la majorité municipale n’a jamais été le logement des Lattois. Tout simplement.
Point de vision à long terme, point d’aménagement du territoire : le “jour le jour” et “L’Urgence” érigés au rang de stratégies de gestion municipale.
Un peu comme l’étudiant qui se réveille la veille d’un examen sans avoir travaillé, la municipalité tente aujourd’hui le tout pour le tout, et veut imposer, à la va-vite, un projet mal construit, et surtout inconnu des Lattois.
Comment la majorité municipale peut-elle imaginer la création d’un quartier de 2000 logements (si, si, 2000, on ne va pas revenir là dessus…) sans informer les Lattois ?
Pas une réunion, pas un quart de page de Latt’itudes pourtant rempli à longueur d’année de microscopiques “réussites municipales” : une place de parking ici, un petit rond-point par là…
C’est dans “L’Urgence”, que les Lattois doivent aujourd’hui signer un chèque en blanc, ou plutôt en gris, couleur “béton“.
Alors que ce gigantesque projet se met en place en “catimini”, la majorité municipale nous dévoile “SA” priorité du moment en première page du journal communal.
Ce sont eux, nos enfants.
Nous venons de vous rappeler comment cette “priorité” a été traitée et financée récemment.
A l’image des parents d’élèves en leur temps, les Lattois veulent en savoir plus sur ce projet. Ils n’acceptent plus d’être mis devant le fait accompli et se demandent avec raison quel va être l’impact de ce nouveau quartier sur leur quotidien, sur leurs paysages et sur leurs finances.
Une promesse bafouée chasse l’autre, une “Urgence” chasse l’autre. Seuls restent le manque d’information et la non-concertation…
C’est ainsi que notre ville est gérée. Ainsi va la “Démocratie Lattoise” !